Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fangio
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...

Recherche

1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 23:13

Nadal-larmes-australie-2014.jpg

 

Désolé de t'avoir fait attendre mais j'ai célébré toute la semaine sur les bords du Léman la victoire de Stanislas Wawrinka à Melbourne ! Plus qu'une première victoire en Majeur dimanche dernier, ce fut le démontage en règle du Comanche qui me fit bander ! Un peu comme notre Flamby national chope la trique sur son scooter avec Julie Gayet...

Tu vas me dire qu'il y a trois semaines tu ne connaissais ni l'incroyable tennisman vaudois, ni la nouvelle première pétasse de France ! Hey ben, sache que ces deux-là ont largement contribué à briser le restant d'aura que co-détenait Rafael Nadal et notre abruti de président !

Mais bon, comme je ne suis pas là pour commenter la politique pitoyable de notre gouvernement, je vais plutôt te parler du chef de file des Comanches. De cet insupportable espagnol boosté aux hormones comme à la mauvaise foi ! Avec sa gueule d'enfant battu mixée à la crevette à l'ail comme dirait mon pote Marc Rosset avec sa subtilité habituelle !

Oui, comme je te l'ai déjà dit il y a un an dans un article assez virulent, je déteste Rafael Nadal. Ce type est une insulte au beau jeu, au fair-play, au tennis et au monde du sport en général. Le genre de mec qui, en Australie, cette année, est capable de te sortir deux matchs abominables en huitièmes comme en quarts contre Nishikori et Dimitrov sous prétexte qu'il joue avec une ampoule à la main... avant de te passer à la moulinette Federer en demi-finale qui avait pourtant retrouvé ici son meilleur niveau ! Cet espagnol qui nous sert à chacune de ses victoires le même refrain depuis dix ans : "J'ai joué aujourd'hui contre un joueur super fort. C'est un gars très sympa en plus. Il méritait de gagner autant que moi. J'espère qu'il fera une grande saison."

Mais pour découvrir la vraie personnalité de Rafael Nadal, il faut l'observer dans la difficulté. Mieux encore, dans la défaite ! Dimanche dernier, Stanislas Wawrinka a démarré pied au plancher sa finale de l'Open d'Australie. Jouant à plat et en cadence, il a réduit au rôle d'essuie-glace l'infâme Comanche. Et il a fini par le mettre à trois mètres de la balle dès le cinquième coup de raquette. Impossible dans ces conditions pour la momie de glisser ses fameux passings en bout de course, avec son genou de mutant soudé dans le ciment, son fameux poing de toréador serré comme le trou de balle d'une bonne soeur, et sa voix de gamin insolent distributeur de vamos !

Pour être franc, les derniers joueurs qui ont réussi à démolir de la sorte Rafael Nadal en Grand Chelem, excepté Novak Djokovic, se nomment Robin Söderling à Paris et Jo-Wilfried Tsonga ici-même il y a six ans. Alors comme le petit Rafa se faisait démonter la gueule comme jamais à la régulière depuis un bon moment, il a tenté de faire dégoupiller son adversaire du jour. Et pour ce faire, rien de tel que de simuler une bonne blessure au dos ! Comme il s'était servi de son ampoule à la main depuis le début du tournoi pour prétexter qu'il n'était pas favori...

L'usage abusif du medical time out n'étant pas un problème pour Rafa, souviens-toi notamment la finale de Hambourg en 2008 contre Federer, il s'est même enfui en plein deuxième set dans les vestiaires pour se faire manipuler... et s'injecter les produits qui vont bien ! En revenant, il ne servait plus qu'à 130 km/h et ne bougeait quasiment plus sur le court. A la fin du deuxième set, logiquement perdu, il a mimé abandonner en se rapprochant du filet où Wawrinka se dirigeait... avant de bifurquer brusquement vers sa chaise ! Et il est bien évidemment reparti à fond au combat dans la troisième manche, insinuant le doute dans l'esprit du vaudois...

Ce nouveau show ubuesque aurait pu faire dégoupiller Stanimal. Mais ce dernier, fort de ses récents succès probants contre Djokovic et Berdych, a tué tout suspense au quatrième set. Il a donc remporté l'Open d'Australie, son premier Grand Chelem à 28 ans, au terme d'un match étrange, contre un Nadal insupportable dans la défaite qui a encore trouvé le moyen de balancer, la larme à l'oeil, au micro du stade lors de la remise du trophée, qu'il était désolé de ne pas avoir pu jouer à son meilleur niveau. Sous-entendu que s'il n'avait pas eu mal au dos, il aurait laminé Wawrinka en trois petits sets. La classe à Melbourne... jusqu'au bout !

Après ça, comment ne pas repenser à cette finale scandaleuse de 2009 ici où ce même Comanche avait brisé les rêves de Federer et d'un 14ème titre du Grand Chelem ? En abattant Nadal de la sorte, qui se voyait déjà poser en photo avec Sampras à l'issue de cet Australian Open, Wawrinka a vengé son pote alémanique. Réalisé le rêve impossible de sa vie ! Et gagné un pari gargantuesque consistant à faire revenir le Maître en Coupe Davis...

C'est ainsi que la dream team helvétique a étrillé les serbes ce week-end chez eux, 3-0 à Novi Sad. Comme les espagnols, privés de Nadal et de son dos en carton, ont été balayés en Allemagne dès le samedi soir !

Mais ne vous en faîtes pas pour le petit Rafa ! Notre malade imaginaire était aperçu dès le lendemain de sa dafaite contre Wawrinka à l'entraînement en Australie. Il est rentré depuis aux Baléares comme si de rien n'était pour préparer au mieux la tournée sud-américaine sur terre. Il ne change évidemment rien à son programme démentiel de base. Comme à sa mentalité de connard !

Partager cet article

Repost 0
Published by Fangio
commenter cet article

commentaires

Lolo 03/02/2014 21:47

Que tu soit pro-Fed je suis d'accord mais la ton "article" est une insulte a l'objectivité le comportement de Rafa a été exemplaire il a refuser d'abandonner d'une part pour le public et d'autre
part pour Stan pour que celui-ci ne gagne pas un tournoi du grand chelem "au rabais".
Cette haine contre Nadal c'est typiquement francais peut être l'agacement que chaque année a roland garros ce soit toujours le même CHAMPION qui reparte avec le trophée tout ca pour dire ton
chiffon est truffé de mauvaise foi personne n'y croit...