Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fangio
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...

Recherche

25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 18:31

zamora-embrun-2014.jpg

 

Marcel Zamora por la quinta, Tejay Croissot for history, la fondation a fait le show sur les bords de la Durance ! Récit d'un nouvel Embrunman légendaire...

1h00 : Je rentre avec la ragazza straordinaria dans un hôtel luxueux de Vars. La journée a été longue. Nous avons déjeuné douze heures plus tôt avec Tejay Croissot et Marcel Zamora dans le centre-ville d'Embrun pour établir la meilleure stratégie possible. Tejay a mangé des ravioles, Marcel une pizza au thon, la straordinaria un bel escargot et moi un peu de testo. J'ai décrassé l'aprem dans le col de la Coche avant de louper le coche le soir en boîte...

9h00 : Le réveil a été douloureux sur les hauteurs de Vars. Todd Skipworth est déjà passé à Guillestre au moment où j'émerge. La straordinaria met vingt ans à s'habiller. Nous plongeons sur le Queyras avec une heure de retard sur la tête de course. Tejay est parti pied au plancher. Sans le savoir, il s'est pointé trente secondes avant nous dans les gorges du Guil. Nous attendons donc un fantôme qui s'enfuit à toute allure vers Arvieux...

10h30 : Skipworth franchit l'Izoard par cinq degrés avec deux minutes d'avance sur le trio Zamora - Faure - Pannier. Croissot passe un peu après 12h00 sans moi à 2360 mètres d'altitude. Il plonge tambour battant sur Briançon mais manque d'une minute le TER de 12h42 pour Marseille censé le ramener sur Zamora au pied du Chalvet. Notre stratégie s'écroule donc avant même la mi-course. Réalisant qu'il doit encore se taper 80 kilomètres vent de face, l'estomac de Tejay se met en grève. Pallon sanctionne...

13h30 : Me voilà à l'Izoard dans les temps de la voiture-balai. Je veux basculer immédiatement mais la ragazza straordinaria me force à retrousser chemin pour me demander en mariage dans la Casse Déserte. J'accepte sa requête. La cérémonie dure une petite demi-heure. Coppi nous déclare unis pour la folie. Bobet s'injecte de l'EPO en prévision d'un come-back. Et je plonge finalement côté Queyras pour tenter de rattraper Croissot sur les balcons de la Durance...

15h30 : J'arrive pleine balle sur Embrun sans avoir recupéré Tejay. Doug Ulman, absent pour hématocrite supérieur à 50%, m'ordonne depuis Austin de lâcher Croissot à vélo pour retrouver Zamora à pied qui s'est envolé au début du marathon mais commence à caler après le 35ème kilomètre. Je fais la jonction sur Marcel dans Baratier. Mon bidon survitaminé lui fait le plus grand bien. Les commissaires n'y voient évidemment absolument rien...

15h52 : Croissot a tenu le choc dans Chalvet mais finit avec plus de deux heures de retard le vélo suite au loupé de TER PACA à Briançon. Marcel termine lui son marathon en pacha dix minutes plus tard. Il remporte en 10h02 son cinquième Embrunman, record d'Yves Cordier égalé, avant de s'effondrer sur sa musique préférée de Bruce Springsteen. Après la main courante de Leonarda, c'est la manita de Zamora en réponse aux accusations calomnieuses ! Skipworth héroïque malgré les chutes et Faure pleurnichard comme toujours complètent le podium...

17h30 : Pour la première fois de la journée, je croise enfin Tejay Croissot. Celui-ci vient de s'élancer sur marathon avec un sacré mal de ventre. Pour ne pas perdre de temps, je le transfuse en courant. Si personne ne conteste l'habileté du geste, le résultat n'est pas à la hauteur. Tejay ne se refait pas vraiment. Après près douze heures d'effort, il préfère largement mon coca au sang de son leader Zamora...

19h10 : Tejay Croissot attaque la deuxième boucle à pied après un nouveau passage par les stands. Après plus de 13 heures de baston et 9 mois d'entraînements acharnés, la lutte finale s'engage dans Embrun alors que la température passe sous les 15 degrés. Les commissaires me supplient de rester à l'écart mais je ne peux m'empêcher de crier comme une adolescente en chaleur pour l'encourager...

21h47 : Tejay Croissot boucle son premier Embrunman en 15h46. Il finit 873ème juste devant Stéphane Robert qui après son huitième de finale à l'Australian Open contre Andy Meuhray en début d'année confirme sa polyvalence. Aussitôt la ligne franchie, Tejay se confie à la radio locale RAM05 : "J'aurai préféré battre Roger Federer sur mes terres mais Stéphane Robert, c'est déjà pas mal. Du coup, j'hésite la semaine prochaine entre disputer la Vuelta a España et l'US Open". Comme en 2009 à Nice, c'est le doublé Zamora - Croissot. Du grand art les gars !

Partager cet article

Repost 0
Published by Fangio
commenter cet article

commentaires