Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fangio
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...

Recherche

16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 18:35

HS1vvv.-El-Teide--Espagne-.JPG

 

Tour de France : J - 3 !

10 000 kilomètres, 75 sorties, 58 montagnes, Tour Méditerranéen, Perpignan - Castellón, Bordeaux - Vitoria et Vuelta a España, tel est mon début d'année pharonique au moment de partir à l'assaut de mon troisième Tour de France !

Inutile de dire que j'ai toujours eu une relation spéciale avec le Tour, cette course qui m'a révélé à moi-même et au monde en 2009 ! Depuis cinq ans, de l'eau a coulé sous les ponts, de la sueur sur les cols et de la haine dans les veines. Je reste cependant toujours ce garçon au couteau entre les dents au moment d'aborder la plus grande course du monde.

Une plus grande course du monde qui m'a coûté beaucoup d'efforts, de souffrances, de doutes mais aussi d'inimitié, de jalousie et de frustration sous prétexte que j'avais le malheur d'être un mec différent...

Une plus grande course du monde qui me coûte désormais aujourd'hui mon gagne-pain quotidien car oui dès après-demain je ne conduirai plus de chars de guerre vers la capitale. La médecine du travail prônée par Bruxelles et leurs prérogatives zélées n'acceptent plus les cœurs épais qui battent à 35 pulsations par minute. C'est sûr que voir débarquer dans leurs locaux délabrés un type de 31 ans qui a déjà couru cinq Grands Tours et abattu un millier de cols en Europe n'est pas monnaie courante...

Pour continuer à être un nanti selon 70% de la plèbe (il suffit juste de regarder BFM depuis une semaine...), il aurait fallu que je réduise la grosseur de mon cœur et donc les cadences infernales que je lui impose dans mon sport. Mais entre un job où tu te fais pourrir à longueur d'année et conquérir l'Europe à vélo, j'ai choisi. Et mon choix va et ira toujours au cyclisme !

Aussi, comme je l'ai laissé entendre plus haut, j'ai été traité pendant une décennie par beaucoup comme de la merde. D'irresponsables, d'utopistes, de gauchistes, de preneurs d’otage, j'en passe et des pires. Pendant tout ce temps, j'ai pris sur moi pour tenter d'expliquer aux gens que médias et politiciens les manipulaient. J'ai tenté et échoué dans cette démarche car je ne pensais pas avoir affaire à une génération individualo-trisomique élevée à la sauce barbecue Steve Jobs-Mark Zuckerberg...

Sachez que je n'ai jamais été le porte-parole, ni l'emblème de qui que ce soit. J'étais juste un mec parmi tant d'autres qui venait chercher un peu de thunes comme tout le monde dans cette société dénudée de toute valeur. Alors ce soir, au moment de claquer la porte, je me permets de répondre une dernière fois à tous ces aigris et jaloux : ne changez rien, restez cons mais prière, ne m'adressez plus jamais la parole, c'est un droit que vous avez perdu !

Voilà, j'attaque jeudi mon troisième Tour de France seul et sans assistance. Avec en ligne de mire l'impossible triplé Vuelta - Tour - Giro en 2014 ! Je m'échappe et vous ne me reverrez pas. Adieu troupeau de moutons.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fangio
commenter cet article

commentaires