Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fangio
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...

Recherche

18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 13:37

Nadal-monaco-2014.jpg

 

BREAKING NEWS : Rafael Nadal ne jouera pas de dixième finale consécutive au Masters 1000 de Monte-Carlo !

10 ans qu'on attendait ça, bordel de merde ! Citadelle imprenable depuis une décennie, Monaco a perdu son célèbre Comanche ce jeudi dès les quarts de finale. David Ferrer nous a rappelés qu'il n'est pas seulement ce joueur espagnol besogneux et horrible à regarder jouer. Il est aussi celui qui a souvent poussé Nadal dans ses derniers retranchements, quelque soit la surface. Alors OK, le taureau de Manacor a souvent gagné à la fin de leurs confrontations serrées. Souvent mais pas toujours. Comme aujourd'hui...

Auteur d'une prestation indigente ponctuée de 45 fautes directes, un record en trois sets sur cette surface pour Nadal, ce dernier a cette fois-ci pris la porte en pleine gueule. Dans un dernier sursaut, il est quand même revenu de 5-2 à 5-4. Mais a fini par fermer le clapet sur une énième faute en revers. Rafa a globalement manqué de tout. Surtout de hargne. Le grand Nadal n'aurait jamais accepté une défaite sans rébellion. Celui d'aujourd'hui si, ce qui est assez rare pour être souligné. Surtout qu'il ne semblait absolument pas diminué physiquement.

Soyons franc, nous l'avions rarement vu jouer aussi mal sur terre battue. On sait tous que le Comanche s'est beaucoup dépensé l'an passé pour revenir au premier plan. De février à septembre, il a même tout gagné excepté une sortie de route prématurée à Wimbledon. Mais depuis sa deuxième victoire à l'US Open, ça va moins bien. Djokovic, qui ne détient plus aucun Grand Chelem, pousse dangereusement dans le rétroviseur. Et on se prend à rêver d'une fin de règne prochaine dans un mois et demi à Roland-Garros dans le temple de la momie. Même si Nadal a déjà trébuché à Paris (c'était contre Robin Söderling en 2009, un suédois en feu le temps de deux saisons avant de disparaître des écrans radars suite à une maladie douteuse officiellement appelée mononucléose), il a gagné huit des neuf dernières éditions et est toujours aujourd'hui le quadruple tenant du titre !

Nadal n'étant aujourd'hui plus aussi dominateur à Paris que dans les années 2000 (la faute à un Djokovic de plus en plus fort sur cette surface), on n'attend plus qu'il tombe définitivement de son rocher comme il l'a fait aujourd'hui en Principauté. Une défaite sur sa surface de prédilection, celle qui l'a révélée au monde en 2005, entraînerait une perte de confiance totale et sans précédent pour son ego de champion survolté. On pense déjà à une blessure plus ou moins imaginaire jusqu'à la fin de saison pour tenter de digérer cette terrible désillusion...

On y pense, on en rêve mais nous n'en sommes bien évidemment pas encore là. Fuentes a beau être en prison, n'oublions pas qu'il reste encore cinq semaines avant Roland et que Nadal a largement le temps de se refaire un physique de robot et un mental de gladiateur ! D'autant plus que sur la distance des cinq sets de son jardin parisien, ses seringues surchargées ont toujours décuplé ses forces...

Mais ne boudons pas notre plaisir du jour. Nadal éliminé prématurément sur terre, c'est l'assurance d'un dimanche d'avril passé à autre chose qu'à vomir devant notre poste de télévision Ce n'est évidemment pas encore énorme mais c'est déjà ça !

Partager cet article

Repost 0
Published by Fangio
commenter cet article

commentaires