Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fangio
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...

Recherche

1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 14:35

la-straordinaria.jpg

 

Non, je ne suis pas au Costa Rica à monter des tentes et bouffer des serpents avec Leonarda. Leonarda, je l'ai largué dans la vie comme je l'ai toujours fait dans l'Izoard. Sans le moindre regret. Composer avec son ego surdimensionné de championne surcotée a fini par me lasser. Tous ces bobards dans la presse consanguine aussi. Tous ces jambons qui lui mangent dans la main encore davantage. De sa pote commerciale Olivia Vamourir qui vit ses rêves par procuration à son pseudo ingénieur genevois Clem Mauvais qui donnerait tellement pour copuler avec elle sur une plage du Léman...

Si j'avais écouté Leonarda dès le départ, je ne serai d'ailleurs jamais sorti avec elle puisqu'elle se prétend constamment overbookée à s'entraîner une vingtaine d'heures et travailler au moins le double. Elle ne parle par dessus tout pas des heures de bagnoles pour démarcher les sponsors et livrer ses pizzas. En réalité, elle est souvent à son appart à ne rien secouer hormis le manche de son boyfriend et la litière de ses chats...

Casser 20 000 kilomètres et 256 montagnes en une année civile, soit cinq fois plus qu'elle sur la même période, m'a mis la puce à l'oreille. Comment un champion de ma trempe pouvait-il fréquenter une bouffonne pareille ? C'est ce que m'a répété à maintes reprises le clan Zamora installé à Banyoles ces dernières semaines. Comme j'avais du mal à prendre les bonnes décisions, Marcel m'a présenté un soir un AVE en gare de Barcelone. Je suis monté dedans sans demander mon reste. Destination Madrid puis Paris via Milan et Francfort...

Sache que la ragazza straordinaria que je fréquente depuis un mois n'a absolument rien à voir avec toutes les crâneuses que j'ai dérouillées ou failli dérouiller depuis que j'ai ouvert ce blog satirique en 2010. La ragazza straordinaria est de la race supérieure. Belle, cultivée, ouverte d'esprit, citoyenne d'Europe, autonome, sportive, pragmatique, intéressée, marathonienne, elle ne pouvait s'entendre sans la moindre prétention qu'avec un ragazzo straordinario de ma trempe ! Je ne remercierai donc jamais assez la légende du triathlon mondial de m'avoir mis en relation avec elle afin que mon esprit s'extirpe à jamais de la pizzeria avrillaise et de tous ces mauvais plans que j'ai cumulés sans m'en rendre compte ces dernières années...

Ce soir, au moment d'écrire ces lignes, je suis subitement moins enragé qu'à l’accoutumée. Pas que j'ai perdu ma personnalité passionnée et excessive qui fait de moi ce marginal craint des faibles comme des puissants. Mais juste que je me sens presque bien. Comme libéré du poids des échecs sentimentaux du passé...

C'est sûr que lorsque tu débarques à la Bastille avec ton vélo sous le bras et plus de 20 000 bornes au compteur, que ta guapa rubia te retrouve en t'embrassant par surprise devant une foule compacte et médusée, les flashs crépitent plus intensément que lorsque tu distribues des bras d'honneur seul sur les Champs à l'arrivée du Tour de France. La finalité reste cependant la même. Je suis la lumière quand eux restent invisibles au milieu de ce brouillard géant...

Gracias cariño de estar en mis lados para compartir mi vida y mis sueños más locos. Te quiero !

Partager cet article

Repost 0
Published by Fangio
commenter cet article

commentaires