Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fangio
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...

Recherche

9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 13:51

2236-copie-1.JPG


Après les attentats kouachiches, les Swiss Leaks de HS baisés, le printemps arrive enfin comme un air de vacances.

Le cyclisme reprend ses droits comme ses fioles. En Andalousie, Alberto Contador grimpe d'entrée de jeu aux arbres quand Chris Froome pousse déjà son caddie avec fracas. Les cadors ont d'ailleurs pris rendez-vous cette semaine sur Tirreno–Adriatico pendant que le reste du peloton international bronze sur Paris–Nice.

Paris–Nice justement, je fais mon retour sur la course au soleil après quatre ans d'absence. Avoir bouclé les trois Grands Tours l'an passé me confère le droit d'emmener trois équipiers avec moi au départ de la capitale.

En effet, mon patron Doug Ulman, Ghost Rider qui s'est converti récemment au cyclisme ainsi que Dark Vador, un cinglé récupéré sur les bords de Loire, m'accompagneront au sein de la fondation. Avec ce bon vieux Amaël Moinard qui portera les seringues de nos leaders Tejay Croissot, engourdi dans son châlet enneigé de Thônes, Rohan Dennis, récent recoardman de l'heure sur la piste de Granges, et Philippe Gilbert toujours prompt à sauter sur une bosse en forme de sein aux abords de la Riviera.

Mais avant que Paris–Nice ne débute vraiment, une large revue des forces en présence s'impose.

Doug Ulman : Gros début de saison de notre célèbre PDG, connu des services de police pour rouler et se transfuser davantage en hiver qu'en été. Ce dernier a d'ailleurs passé toute l'intersaison à envoyer comme un cochon sur un vélo femme... avant de le démolir contre une porte blindée. Depuis un mois, il se contente de se mouvoir à 50 km/h sur le vélo de keirin du défunt Romain Merckx. La légende dit qu'il aurait même fait sa première sortie avec celui-ci, un an jour pour jour après la disparition du plus célèbre des chouans.

Ghost Rider : C'est la grosse surprise de ce début de saison 2015. Lassé de bombarder à 250 km/h sur son GSX-R 1000, le fantôme suédois s'est mis au vélo. Il a acheté cet hiver un BMC Road Racer dont il est globalement satisfait. Problème, il n'arrive pas à rouler continuellement à 50 km/h comme le taulier. Cela l'énervant au plus au point, il milite pour s'acheter des roues haut de gamme au plus vite. Psychopathe en puissance, il pensait pouvoir monter sur un vélo et rouler d'entrée à la vitesse supersonique de Lance Armstrong.

Dark Vador : Recruté cet hiver par la fondation en tant que gregario, Dark Vador vit en Europe sur un fuseau horaire américain. Il se couche tous les jours à 5 heures pour se lever à 14. L'hiver en Bourgogne, la légende dit qu'il peut passer jusqu'à une semaine d'affilée sans voir la lumière du jour. Par conséquent, Dark Vador s'entraîne quasiment toujours la nuit. Il emmène souvent avec lui un gros sac à dos afin de pallier à tout imprévu. Malgré le décalage horaire qu'il devra affronter cette semaine, il se dit confiant pour Paris-Nice.

Tejay Croissot : C'est la grosse inconnue de ce début de saison 2015. Tejay a passé tout l'hiver à déneiger l'entrée de son garage avec une immense pelle à neige. A l'heure actuelle, il serait davantage prêt pour un concours de lancer de marteau qu'une traversée de la France à bicyclette. Initialement attendu à St Etienne, pour relayer Doug Ulman aux approches du Massif Central, les rumeurs l'annoncent forfait pour la course au soleil comme Chris Froome sur Tirreno-Adriactico. Le contrecoup d'Embrun ?

Moi : J'ai coupé quasiment deux mois cet hiver pour refaire du jus après deux ans sur la brèche. J'ai reçu un nouveau vélo, le BMC SLR01, qui doit me permettre de reprendre ma quête existentielle en montagne ces prochains mois. Paris–Nice n'est qu'une mise en bouche à une grande année 2015 en Europe puisque je retrouve toute ma liberté d'action après les trois Grands Tours éreintants de l'an passé. Une nouvelle page de ma carrière débute donc cette semaine sur les routes de France avec le polyvalent SLR01.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fangio
commenter cet article

commentaires