Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fangio
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...

Recherche

10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 20:52

13587643.jpg

 

Bonne année, bonne santé et surtout bon djihad !

L'actualité sanglante de ces trois derniers jours me force à réagir à mon tour même si je n'ai jamais aimé parler sérieusement de politique, encore moins de pseudo religion.

D'abord, en tant que libre penseur, je me sens directement concerné par la mort tragique des employés de Charlie Hebdo. Car, en attaquant le célèbre journal satyrique, on a touché à un symbole fort de la France. En effet, Charlie représentait la liberté d'expression, le journalisme engagé, l'art par le dessin et l'insoumission face aux politiciens et aux religieux. Tuer Charlie, c'est tuer cette part d'insolence et de laïcité chères à la France depuis des décennies.

J'entends une partie de la plèbe dire moins regretter ce genre d'attentats terroristes que ceux orchestrés au milieu des années 1990 dans les transports en commun à coup de "ils l'ont bien cherché". Je leur réponds que viser des emblèmes de la France est encore plus grave que tuer des gens au hasard dans un RER parisien même si le geste reste immensément tragique.

D'ailleurs, que la plèbe se rassure : l'Islam radical a évolué. Les attentats-suicide dans les transports en Europe ne sont plus à la mode. Pourquoi ? Parce que dans un RER, bus ou avion, il y a maintenant de nombreux sympathisants à ces actes odieux. En France, les transports en commun français sont devenus une véritable poubelle, une immersion dans cette société souterraine et parallèle que les élites se refusent de regarder. Celle qui regorge de kassos désœuvrés, armés jusqu'aux dents et prêts à cracher leur haine sur la nation à tout moment. Faire sauter un RER comme en 1995, ça serait prendre un risque de tuer de potentiels futurs djihadistes...

Alors qu'en attaquant un journal laïque de gauche, une épicerie juive ou des forces de l'ordre, on risque subitement moins de bousiller un frère de connerie. Surtout lorsque l'on se promène tranquillement cagoulé dans Paris, avec des armes de guerre face à des policiers équipés de simples pistolets.

Ce genre de kassos décrit, j'en vois potentiellement des dizaines tous les jours dans mon RER. Ils ne font rien de leur vie, errent sans but à des heures pas possible, à l'instar de l'autre naze de la Grande-Borne à Grigny, fan de Counter-Strike Porte de Vincennes, synchronisé dans une sorte de multiplex de la barbarie, avec ses potes du 19ème réfugiés dans une imprimerie de Seine-et-Marne !

Tant que les politiciens ignoreront ces losers, tant qu'ils les laisseront aller en Syrie et revenir tranquillement dans l'Hexagone, tant qu'ils ne leurs retireront pas la nationalité française après un stage au Moyen-Orient, tant qu'ils ne désarmeront pas les caves de leurs cités no man's land, la France sera exposée à ce genre d'attentats.

Merci de votre attention. Et encore une fois, bonne année !

Partager cet article

Repost 0
Published by Fangio
commenter cet article

commentaires