Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fangio
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...

Recherche

12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 17:25

Chris-Horner-vuelta.jpg

 

Coup de gueule au sommet de Peña Cabarga ! Un vieil américain de 42 ans se moque du monde depuis le départ de ce 68ème Tour d'Espagne il y a deux semaines et demi en Galice. Son nom : Chris Horner. Non content d'avoir atomisé tout le monde en début de Vuelta à Vilagarcía de Arousa et dans la Sierra Nevada, le papy de Radioshack a encore repris du temps dans les Pyrénées à tous les favoris. A tel point qu'il est revenu lundi à une grosse vingtaine de secondes du requin de Messine Vincenzo Nibali avant d'affronter la dernière semaine de course...

Une dernière semaine qui commençait aujourd'hui sur les pentes de Peña Cabarga, une montée de 6 kilomètres à 9% de moyenne en Cantabrie, avec des passages à 17% dans le final ! Bon bah l'américain n'a pas dérogé à sa stratégie simple et efficace. Comme il est de très loin le plus chargé sur cette Vuelta, il a attendu le dernier kilomètre pour s'échapper sans véritablement accélérer. Pouvant emmener trois dents de plus que tous ses rivaux, il les a tous fait péter à la roue sans ouvrir la bouche. Nibali a été le dernier à se mettre à la rue pour le suivre et a fini logiquement par exploser aux 500 mètres. Rodriguez et Valverde ont quant à eux limité la casse à l'expérience mais ils manquent cruellement de gaz ici après leur Tour de France éreintant...

Ce qu'il y a de plus choquant avec Chris Horner, c'est son parcours ! Horner est le parfait nobody du cyclisme. Vingt ans de carrière dans l'anonymat. Jusqu'à 33 ans, il ne court même pas en Europe tellement personne ne s'y intéresse. C'est le sulfureux Mauro Gianetti qui le recrute en 2005 à la Saunier Duval pour épauler les Iban Mayo, Leonardo Piepoli et Riccardo Ricco en montagne, tous rattrapés depuis par la patrouille antidopage. L'année suivante, il se met aux services de Cadel Evans. Puis de Levi Leipheimer, Alberto Contador et... Lance Armstrong ! Il suit même ce dernier en 2010 à la Radioshack où le septuple vainqueur du Tour boucle sa carrière avant que les scandales n'explosent...

Cette année, Chris Horner, souvent blessé, a peu couru. Ce qui expliquerait son incroyable niveau de fraîcheur selon les spécialistes. Mais être frais n'élucide pas tout. Quand on a peu roulé au printemps, il n'est pas normal à 42 ans de pouvoir attaquer et distancer les meilleures chaudières des Grands Tours que sont Valverde, Rodriguez et Nibali ! Ce dernier balançait d'ailleurs en off tout à l'heure : "J'ai déjà lutté contre un vieux mutant il y a trois ans ici (Ezequiel Mosquera, contrôlé positif sur la Vuelta 2010). Même chargé à la dynamite, j'ai résisté le dernier jour sur le Bola del Mundo pour aller chercher ma première Vuelta. Horner est dans la même filière que Mosquera. Je vais tenir samedi sur l'Angliru". Vincenzo se rassure comme il peut. Mais il se met le doigt dans l'oeil. Le feu d'artifice final est bien prévu dans deux jours sur l'Angliru, une des montées les plus raides d'Europe, mais il aura le mauvais rôle. Celui du leader racé en perdition face au nobody surchargé qui à 42 ans ne craint plus rien, même pas un contrôle positif vu qu'il est déjà en pré-retraite...

Tout ça pour dire que ce que l'on voit en montagne sur ce Tour d'Espagne 2013 est un scandale. Évidemment, je sais bien que l'essence même des courses par étapes, c'est le spectacle... et donc implicitement le dopage ! Mais là, ce gregario de Chris Horner va trop loin. Gagner un premier Grand Tour à 42 ans, en brutalisant les meilleurs grimpeurs du monde dans la force de l'âge, va être un nouveau bras d'honneur au cyclisme. Celui-ci est prévu dimanche prochain dans les rues de Madrid. Hasta luego amigo !

Partager cet article

Repost 0
Published by Fangio
commenter cet article

commentaires