Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fangio
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...

Recherche

25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 22:37

Brie-Romain.jpg

 

Je t’ai connu une après-midi pluvieuse de novembre 2010 pour les 25 ans d’un pote. Tu étais beau gosse, sympathique, attentif aux autres et surtout intarissable. Tu cachais déjà derrière ce comportement extraverti tous tes tourments.

Pendant plus de deux ans, nous nous sommes parlés occasionnellement et nous nous apprécions alors en tant que personnes décalées. C’est seulement à l’hiver 2013 après avoir renoncé à l’amour que te donnait ta petite amie que tu t’es véritablement rapproché de moi.

Tu ne voulais pas être plaint, ni aidé. Tu me renvoyais alors constamment  l’image d’un homme libre, sûr de ses choix.

Tu suivais aussi à partir de ce moment avec précision toutes les courses que je faisais à vélo. Je me souviens que tu m’avais encouragé par téléphone fin mai quand je luttais dans le froid polaire des Alpes italiennes. Quelques jours plus tard, tu étais aussi le premier à me féliciter de mon Tour d’Italie à l’arrivée du dernier TGV Milan – Paris sous les coups de minuit. Ta venue surprise m’avait touché.

En juin, tu roulais pour la première fois avec moi dans la Brie avec ton vieux vélo et tes mythiques tenues des années 1970. Avec le boss que je t’avais fait rencontrer, on allait te surnommer Romain Merckx et se lancer ensemble dans de folles journées de vélo. Depuis Melun, nous étions notamment allés au Mans et à Nevers à l’automne faire 225 kilomètres en seulement 8 heures.

Tu adorais ces longs raids épiques où tu pouvais découvrir la France de façon différente. Tu étais curieux de tout et tu ne te gênais pas pour nous faire part de ton bonheur de rouler avec nous.

Il y avait aussi eu ce voyage à Malaucène où nous avions monté trois fois le Mont Ventoux le 18 septembre dernier. Tu n’avais encore jamais fait de vélo en montagne mais étant un homme de défis, cela ne t’avait pas empêché de dompter ce mont mythique du Tour de France.

Dernièrement en 2014, on était juste allés à Montargis le 17 janvier. On s’était tirés la bourre dans les côtes et au sommet de Boutigny, tu m’avais dit : "Savoure bien ta victoire car c’est la dernière fois que tu me largues en montée".

 

Tu avais raison. Tu es arrivé le premier tout en haut il y a deux semaines.

J’espère que de là où tu es maintenant, tu apprécies bien l’espace. Et que tu nous vois toujours rouler ensemble. Je te promets qu’on continuera à faire nos grandes sorties de vélo si particulières. En France, en Espagne, en Italie, qu’importe !

On les fera avec toi Romain.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fangio
commenter cet article

commentaires