Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fangio
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...

Recherche

8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 15:57


De otra galaxia, Planeta 4000, La undécima del Kaiser, El Francés de las 11 Grandes : je peux t'assurer que la presse espagnole s'est montrée unanime après mon incroyable exploit sur la Péninsule Ibérique 2017. Bon, tu vas me dire que je n'ai pas trop de mérite vu que c'est mon amie basque Ainara, la célèbre journaliste de Vitoria, qui rédige mes articles de l'autre côté des Pyrénées depuis plus d'un an...

A ce propos, je voulais couper court à une rumeur foireuse qui tente de se propager ces derniers jours en France. Il paraîtrait que j'aurais accompli les 4 107 kilomètres de mon 11ème Grand Tour avec l'assistance d'une voiture suiveuse. Voiture suiveuse évidemment pilotée par mon amie basque, avec qui l'on me prêterait même une relation amoureuse...

Putain, j'ai toujours été impressionné par l'imagination de certains dans le microcosme du cyclisme. Comme si un champion ne pouvait pas rester plus d'un an célibataire sans que les spéculations les plus folles pleuvent sur sa tête...

OK, je m'exprime depuis un an et demi essentiellement en espagnol. OK, je suis tout le temps fourré de l'autre côté des Pyrénées. OK, je partage fréquemment un mojito avec une jolie Basque dans la baie de la Concha... et alors ?

Putain, si je sortais véritablement avec Ainara, la fille que tout le monde s'arrache, je crois que je ne me ferais pas chier à taper seul plus de 4 000 bornes en quatre semaines dans la Péninsule Ibérique. Entre nous, je crois même que je ne ferais plus de vélo, cloué comme une moule à une plage déserte des Maldives à prendre du soleil, refaire le monde et l'amour sans discontinuité...

Alors pourquoi ? Il faut plutôt lui demander à elle : "Parce que c'est le seul gars qui peut s'enfiler 11 Grands Tours à la seule force de ses mollets. Parce qu'il est cool, intelligent, français, différent. J'admire juste le coureur cycliste qu'il est !"

Fin de la discussion, je suis maintenant depuis une semaine confortablement installé à la table d'Eddy Merckx avec 11 Grandes. Quand je te disais que les 7, 8 ou 9 Grands Tours d'Alberto Contador, selon comment l'on perçoit la saveur du clenbutérol, n'étaient pas mon obsession...

Comme les 3 500 kilomètres officiels du  Tour de France. Putain, qu'est-ce que c'est bon de voir tous ces blaireaux frustrés fermer subitement leur grande gueule sur cet énième faux débat ! Taper déjà des Grands Tours les mecs seul et sans assistance avant d'envisager la ramener un peu. En attendant, Eddy et moi vous invitons à la fermer à tout jamais.

A part ça, je n'ai pas grand chose à dire. 4 107 kilomètres et 18 grands cols en 26 étapes et 27 jours dans le sud-ouest de l'Europe, soit 158 kilomètres de moyenne au quotidien, valent forcément plus que tous les discours. J'ai réussi seul là où personne ne me croyait capable de m'aventurer. J'ai survécu à la pluie et au vent de face terrible en Galice, à un sac à dos détruit à Porto, à une circulation infernale au Portugal, à de violents maux de genoux en Andalousie, à la casse de mon changement de vitesse du côté de Nerja, à une nuit blanche sur un parking glauque barcelonais, comme à 283 kilomètres le dernier jour pour finir ce Grand Tour d'anthologie !

Putain, je dis encore putain, car putain que c'est bon de se retrouver ce soir à partager des frites à la table d'Eddy Merckx ! Vous vous demandez certainement maintenant ce que je vais faire les amis : si je vais continuer l'ultra-cyclisme, ou bien prendre ma retraite à 11 Grandes pour éventuellement aller me prélasser sur une plage déserte des Maldives...

Je vous réponds que le combat continue car, même s'il ne reste plus de coureur cycliste devant moi, il y a toujours un certain Roger Federer qui se pavane avec ses 18 Majeurs. 18, c'est le nouveau chiffre à atteindre. 18, c'est mon nouveau record dans le viseur. Hasta luego.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fangio
commenter cet article

commentaires