Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fangio
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...

Recherche

9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 20:53


Que j'aime voir, chère insolente,
De ton buste si haut,
Comme une étoile vacillante,
Miroiter ta peau.

Avec ta chevelure restreinte
Et tes mains noircies,
Tu sembles serrée dans l'étreinte,
Extrêmement salie,

Telle une moto qui s'éveille
Dans le froid du matin,
Mon âme rêveuse t'appareille
Comme un fantasme lointain.

Tes yeux vifs qui se révèlent
Comme des marrons clairs,
Sont deux bijoux où se mêlent
Paradis et enfer.

A te voir marcher sans cadence,
Splendide d'abandon,
On dirait une girafe qui danse
Droite comme un bâton.

Sous le fardeau de ta paresse
Ta tête d'enfant
Se balance avec la mollesse
D’un jeune éléphant.

Ton corps se penche et s'allonge
Comme un fin vaisseau
Qui roule bord sur bord et plonge
Ses lèvres dans l'eau.

Comme un flot grossi dans la frénésie
De ton mâle rugissant,
Quand mon sperme dans ta bouche se durcit
Au bord de tes dents,

Tu crois boire une liqueur alsacienne
Entre deux accompagnements,
Tu t'es fait repeindre comme une chienne
Aimant déraisonnablement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fangio
commenter cet article

commentaires