Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fangio
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...
  • Je m'appelle Fangio. Je suis un libre penseur, un vrai. J'ai ouvert ce blog pour partager mes émotions, mes peines, ma haine aussi. Petit journal laissé à la merci d'un parisien allumé aux amphets...

Recherche

13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 22:20

 

Ciao ragazzi, premier point course ce soir sur l'Abetone où avait lieu tout à l'heure la première arrivée en altitude de ce Giro 2015 !

 

1) Alberto Contador est déjà en rose après cinq jours de course. Auteur d'un grand chrono par équipes inaugural dans les rues de Sanremo, il était le mieux placé des favoris avant d'aborder la montagne. La moto de Pinto a parfaitement démarré à trois kilomètres de l'arrivée pour tester aujourd'hui le niveau d'huile de son carter moteur et celui de ses adversaires. Seul le mutant Aru et le dragster Porte ont répondu à son attaque foudroyante. La Saxo mise tout en Italie sur son Pistolero. Elle avait pourtant placé Roman Kreuziger la veille dans l'échappée fleuve vers La Spezia. Mais le tchèque offre visiblement ici autant de garantie que la fiabilité de son passeport biologique mis à mal l'an passé. Il apparaît cependant toujours en second rideau derrière le Madrilène dès que la pente s'élève. Rogers et Basso ne semblent quant à eux pas encore au sommet de leur forme. L'équipe du cinglé Oleg Tinkoff va devoir certainement laisser partir une échappée ces prochains jours pour se délester du maillot rose avant les Alpes.

 

2) L'équipe Astana marche très fort en ce début de Tour d'Italie. Alors que les hommes de Vinokourov n'avaient quasiment rien montré depuis le début de saison, en attente du verdict de l'UCI quant à leur maintien ou non en World Tour, ils pétaradent en bande organisée depuis le départ de San Lorenzo al Mare. C'est ainsi que l'on découvre les nobodys Diego Rosa ou Mikel Landa mener grand train en montagne pour leur leader Fabio Aru. Astana a accompli un véritable coup de force hier vers La Spezia, repoussant déjà à plus d'une minute Rigoberto Uran. Aru dit le mutant, avait déclaré forfait la veille du départ de Tirreno-Adriatico en raison de taux sanguins trop élevés. Greg Henderson s'en était moqué sur twitter, ce qui avait valu une sérieuse empoignade entre les deux hommes. Mais Aru semble avoir retrouvé la paix intérieure et surtout les bons dosages en ce début de Giro. Par son style, le Sarde rappelle Marco Pantani ou Ricardo Ricco, le cerveau en plus. Il est plus fort au même âge que son coéquipier Vincenzo Nibali. Problème, il ne roule pas encore contre-la-montre. Au coude à coude avec Alberto Contador au classement général, il devra lâcher ce dernier en montagne pour rêver de s'imposer fin mai à Milan.

 

3) Richie Porte alias le porte-seringue de Chris Froome sur le Tour se la coule douce en Italie. Révélé il y a cinq ans sur la course rose, le dragster australien revient cette année pour gagner. Paris–Nice, Volta a Catalunya, Giro del Trentino, il a tout remporté en ce début d'année. Selon ses dires, cette razzia soudaine serait dû à sa réduction de consommation d'alcool et de femmes. En effet, Richie ne boit plus autant de vin et de bières que par le passé. Il a aussi retrouvé l'amour et la stabilité sentimentale. Ce qui lui permet de rester davantage à la maison pour s'en mettre plein les narines et les veines. Sur ce Giro, il dort dans un bus privatisé à l'écart de son équipe et du bruit des hôtels bouillants de la botte. Idéal pour peaufiner ses dosages à l'abri des regards indiscrets. Porte a suivi assez bien finalement aujourd'hui quand Contador a démarré dans le final vers Abetone. S'il ne connaît pas de jour sans, il peut viser le podium à Milan. Bon contre-la-montre, il pourrait même prendre le maillot rose dans dix jours du côté de Valdobbiadene. Personne ne le voit cependant tenir ici à la pédale contre Aru et Contador dans le Mortirolo et le Finestre en troisième semaine.

 

4) Domenico Pozzovivo est sain et sauf. Après une lourde chute en descente lors de la troisième étape vers Sestri Levante, le Giro s'est (re)mis à trembler. En effet, il y a quatre ans, Wouter Weylandt s'était tué à quelques kilomètres de là dans les mêmes conditions. Heureusement, l'Italien s'en sort à moindre frais avec "juste" un traumatisme crânien. Docteur Pozzovivo sera normalement rapidement remis sur pied et pourrait par conséquent découvrir enfin cette année le Tour de France. Une Grande Boucle hyper montagneuse taillée sur mesure pour lui. En soutien de Péraud et Bardet qui joueront le général, il aura toute latitude pour faire la course et aller chercher une grande étape. En attendant, AG2R le regrette déjà sur ce Giro. Carlos Betancur n'est comme prévu pas au niveau, lui qui s'est encore effondré aujourd'hui sur l'Abetone. Depuis Paris–Nice 2014, le colombien court après la forme et l'approvisionnement en seringues. En 2013, il avait éclaboussé un Giro dantesque de toute sa classe en tenant notamment tête à Nibali et Uran en montagne. En parlant d'Uran, ce dernier semble trop isolé dans son équipe pour répéter les performances de ces deux dernières années.

 

5) En dehors des favoris, la course n'est pour le moment pas très intéressante. Le plateau des sprinters est assez faible sur ce premier Grand Tour de la saison. Michael Matthews en a ainsi profité pour remporter son étape et porter le maillot rose une journée, comme l'an passé. Formolo et Polanc ont gagné hier et aujourd'hui leur étape en solitaire. Sylvain Chavanel lui ne triomphe plus. A 36 ans, le coureur de Châtellerault court après son passé en Grand Tour. Il était le favori de l'échappée aujourd'hui sur l'Abetone. Mais à attaquer à tout va, il a fini par se sabrer les jambes tout seul. Déjà battu l'an passé par Kadri à Gérardmer sur le Tour, Chavanel ne dispose plus en Suisse chez IAM de l'arsenal de guerre qu'il avait en Belgique à la Quick Step. A part cela, Stefano Pirazzi court toujours autant à contre temps. Il n'a pour le moment à son actif aucune victoire d'étape, aucun contrôle positif, ni bras d'honneur déployé, mais ça ne saurait tarder. Enfin, le Giro n'a pas besoin de partir du nord de l'Europe pour promouvoir sa course passionnante chaque printemps. Il faut dire que le départ de Ligurie a été un franc succès pouplaire. La course au classement général a été d'entrée de jeu féroce et l'on peut s'attendre à une prochaine explication musclée dès samedi en Molise du côté de Campitello Matese. Fabio Aru y sera le grand favori et pourrait s'emparer à cette ocassion de la maglia rosa.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fangio
commenter cet article

commentaires